entretiens

Entretien avec Gaëtan Lan Sun Luk, Directeur de l’innovation et des partenariats – Université de Montpellier –

> site web Direction de l’innovation et des partenariats Université de Montpellier

– Gaëtan Lan Sun Luk –

Directeur de l’innovation et des partenariats de l’Université de Montpellier

12 juillet 2017

Entretien conduit par Agnès Robin (MCF HDR Université de Montpellier) et Benoît Humblot (EC HDR EPF)

En quelques mots, quelles sont les règles de gestion des données de l’Université de Montpellier ?

Nous devons répondre aux impératifs européens en matière de plan de gestion des données. Il est prévu que cette question fasse l’objet d’un cadrage ; ce d’autant que les appels à projets européens imposent d’indiquer le code de gestion des données. La DIPA gère la réponse à ces appels par l’Université et est donc confrontée à cette question de la gestion des données, l’Univeristé ne porte pas pour l’instant une politique particulière. Cela ne veut pas dire que l’Université n’est pas en action : dans le cadre d’un schéma directeur du numérique, nous avons identifié 22 chantiers qui seront mis en œuvre à échéance 2022 (déployer un système de gestion documentaire et de contenu, mettre en place d’un outil de suivi et de gestion des contrats de recherche et des appels à projets etc.. l’objectif étant d’urbaniser les logiciels entre eux, etc..).

Plus en amont et côté recherche nous souhaitons aussi que puissent être institués des cahiers de laboratoire électroniques. Ce serait un moyen de faciliter et d’encourager la bonne pratique qui consiste à consigner les résultats intermédiaires, l’identité des auteurs de ces résultats.

Nous allons aussi bénéficier d’un logiciel SAP de Business Object. Cela va permettre le croisement de données non homogènes pour en extraire des informations utiles.

C’est assez foisonnant en vérité…

L’Université de Montpellier est une structure importante, avec des services divers ; comment est organisé le stockage des données dans ce contexte ?

La question du stockage des données de l’Université est traitée par la direction des systèmes d’information et du numérique (DSIN). L’Université dispose de serveurs situés à différents emplacements. C’est une question de coût et d’adéquation entre ce coût et le besoin. D’une manière générale, les données de l’Université ont vocation à être déplacées au CINES (Centre Informatique National d’Enseignement Supérieur) qui va devenir notre hébergeur. Le CINES propose des infrastructures et une qualité de service incomparables. C’est déjà le CINES qui héberge le supercalculateur de l’UM (l’un des plus puissants au niveau français).

S’agissant plus particulièrement des données de recherche, leur stockage n’est pas régulé par l’Université ; cela reste de la compétence de chaque directeur de laboratoire. La DSIN souhaite recenser les besoins des laboratoires afin d’identifier les possibilités de mutualisation des ressources.

Nous avons conscience que la solution pour certains laboratoires qui ont des besoins de stockage importants et des moyens limités est d’externaliser ce service. Auprès par exemple d’AWS (Amazon Web Service). Il faut savoir qu’Amazon réalise l’essentiel de ses profits dans la gestion d’immenses fermes de données. C’est une activité très concentrée auprès de quelques acteurs.

Cette externalisation ne pose-t-elle pas un problème de confidentialité, un risque ?

La question de la confidentialité peut se poser, c’est vrai, mais c’est un mouvement général : toutes les start-up du coin stockent sur AWS. Ce n’est pas de l’inconscience cependant, le pari réside dans l’incapacité de quelque acteur que ce soit d’amalgamer, de traiter autant de données.

Cette question de la confidentialité ne concerne d’ailleurs pas que le stockage…

Il faut prendre le problème par le début : le point important pour nous est celui du potentiel de valorisation. Toutes les données ne sont donc pas à considérer de la même manière. Lorsqu’un enjeu de valorisation est identifié, nous faisons un dépôt probatoire à l’APP (Agence Pour la Protection des Programmes) via une clé USB ou un envoi en ligne, tout simplement. Nous fonctionnons sur des bases claires : il n’y a pas de propriété possible sur de simples données ou jeu de données. La seule forme de réservation possible est une réservation de fait par la maîtrise des données, ce qui impose donc la confidentialité. Toute forme de diffusion des données doit donc se faire en ayant cela à l’esprit ; veut-on oui ou non rendre ces données librement circulantes, ou souhaitent-on en conserver la maîtrise ? Dans le second cas une confidentialité absolue ou une diffusion restreinte et sous le sceau d’une confidentialité contractuellement organisée s’impose. Il faut être précis dans les contrats et indiquer ce qui devra rester confidentiel, pour combien de temps, etc.. Les enjeux sont vraiment importants.

Nous aurions dû parler en premier de l’acquisition des données, parce qu’à ce niveau là aussi, des réflexes sont nécessaires…

Oui c’est vrai qu’il peut y avoir un environnement légal contraignant selon le type de données que les chercheurs recueillent et traitent. On peut penser que les chercheurs dans le domaine de la biologie végétale ont entendu parler du Protocole de Nagoya. Maintenant, est-ce que tous les chercheurs qui traitent des données personnelles – et cela va au delà des données d’identité auxquelles on pense en premier – ont conscience des contraintes imposées par la loi informatique et liberté… Sans doute l’Université devra-t-elle se doter d’un CIL (correspondant Informatique et Liberté) ; c’est le moyen d’exercer une vigilance sur ces questions, de disposer d’un protocole d’acquisition des données et dans le même temps d’alléger les procédures.

 

Catégories :entretiens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s